Le syndicat national des enseignants privés de guinée (SYNEPGUI) et l’Association pour la défense des enseignants du privé (ADEP), se dit soucieux de la situation que traverse les enseignants du secteur privé du pays pendant cette période de crise sanitaire liée au Covid-19.

Dans une déclaration commune rendue publique à cet effet ce mardi, 14 avril 2020, ces deux structures syndicales ont dénoncé l’attitude de certains promoteurs de certains établissements privés du pays.

Les enseignants ont par ailleurs, invités le gouvernement guinéen a prendre toutes les dispositions nécessaires pour prendre en considération le secteur de l’éducation dans son plan de riposte contre le Coronavirus.

Ci-dessous la Déclaration du SYNEPGUI et ADEP

Monsieur le premier ministre, chef du gouvernement,
Monsieur le ministre de l’enseignement supérieur,
Monsieur le ministre de l’éducation nationale et de l’alphabétisation,
Monsieur le ministre de lenseignement technique et professionnel,
Madame la présidente de la fédération guinéenne des parents et amis de l’école
(FEGUIPAE)
Monsieur le président de IAssociation des fondateurs des écoles privées de guinée
(AFEPG)
Chers enseignants et enseignantes du privé de guinée,
Mesdames et messieurs,

Depuis plusieurs années, nous, membres de l’Association pour la défense des
enseignants du privé (ADEP) et du syndicat national des enseignants du privé de guinée (SYNEPGUI), constatons avec amertume, les difficultés auxquelles le secteur éducatif privé est confronté, surtout son personnel enseignant.
Parmi les maux dont souffre ce secteur éducatif, nous pouvons citer entre autre:

* Le faible taux horaire;
* Le recrutement, par endroit, avec le refus de signer un contrat;
* Le manque de respect et considération des enseignants dans bon nombre d’écoles privées;
* Le non-paiement du mois de juin, des jours féries, des congés, des grèves;
* Le manque de formation pédagogique des enseignants par beaucoup d’écoles.
* L’intimidation et le remerciement des enseignants qui revendiquent leurs
*La négligence de l’Etat sur l’Application du code de travail par les syndicales, parfois même en cas de souffrance de l’enseignant dans certains établissements scolaires, professionnels et universitaires.
Les mauvaises conditions de vie et de travail du personnel; droits
employeurs pour protéger le personnel du secteur privé éducatif

La non subvention des établissements privés; pour ne citer que ceux-là.

Cette situation alarmante, s’est aggravée dans ces dernières semaines, depuis la
fermeture des classes à cause du CoVID19.
Suite à cet arrêt des cours, nous membres de (SYNEPGUI) et de (IADEP), déplorons.
1) Le non payement du mois de mars et, par endroit, le paiement partiel de ce mois
2) La non prise en compte des écoles et de la situation des enseignants
3) Le non payement du reste des frais de scolarité par certains parents
4) Le silence total de l’État dans ce calvaire, que nous enseignants du privé
5) Le refus de paiement de l’année, par le manque de volonté des privés dans son plan de riposte contre le Covid-19 par le gouvernement.

Par conséquent, (TADEP) et le (SYNEPGUI) demandent au gouvernement de prendre
en compte les établissements privés (primaires, secondaires, professionnels et universitaires), dans son plan de riposte contre le COVID19.
Nous lui demandons également, une forte implication dans la gestion du secteur privé éducatif guinéen.

Aux fondateurs et promoteurs des écoles privées, nous leur demandons de prendre toutes les dispositions nécessaires pour le paiement intégral du salaire annuel des enseignantsbprivé.

Aux parents d’élèves et d’étudiants, le SYNEPGUl et L’ADEP leur demandent de payer le reste des frais de scolarité, malgré la conjoncture très critique, pour bien leur permettre de gérer la crise économique.
Par ailleurs, nous restons ouverts à toute rencontre avec les autorités en charge
de l’éducation, Monsieur le premier Ministre et tous les acteurs de l’éducation, pour protéger ce secteur éducatif privé qui absorbe sans doute, une bonne partie des jeunes diplómés de notre pays.
Nous membres du SYNEPGUI et de LADEP remercions infiniment tous les
fondateurs et promoteurs des établissements privés qui ont bien payé le salaire intégral du mois de mars et qui, étant pétri l’esprit managerial, auront la méme volonté pour le reste des mois.
Nous rassurons également les fondateurs, ainsi que les parents d’élėves, que nous sommes en train de prendre toutes les dispositions
nécessaires pour éviter à notre secteur de sombrer.
Pour finir, nous appelons tous les enseignants à l’union et à la persévérance dans ces moments difficiles que nous traversons.
Nous leurs demandons de respecter les
mesures barrières définies par les spécialistes de la santé pour nous protéger et protéger nos familles Respectives face à ce covid19.

Source link