C’est dans une sortie médiatique au cours de laquelle, le président du CNOSCG s’exprimait sur le choix de Mamadi 3 Kaba comme commissaire à la Ceni, que Dansa Kourouma, accusait le barreau de Guinée de s’être éloigné des activités de la société civile.

«Depuis que le leadership a changé à la tête du barreau, le barreau a pris ses distances des activités de la société civile d’une manière globale ». Accusait Dansa Kourouma

Des accusations rejetées en bloc par les principaux concernés. Me Mohamed Traoré l’un des avocats au barreau se dit surpris d’entendre une telle déclaration.

«Je pense qu’il y a une confusion qu’il faut déjà levée. Lorsqu’on dit que le barreau a pris ses distances avec la société civile, cela n’a pas de sens. » reagit-il

La société civile est composée d’organes non-gouvernementales, qui, en plus de leurs activités, jouent un rôle de contre-pouvoir pour que les politiques publiques soient faites en faveur de l’intérêt de la population, rappelle Me Traoré.

Par ailleurs, l’avocat estime qu’à cette allure, le président du CNOSCG risque de confondre la société civile est les structures fetieres de la société civile.

«Le barreau est en nature avec la société civile, le barreau ne peut en aucun cas rompre avec cette nature là en disant qu’il va prendre ses distances avec la société civile. Mais y a des organisations et d’ONG qui évoluent dans des domaines différents et dans des activités différentes qui se fédèrent au sein d’une structure comme le CNOSCG.»

Cependant, Me Mouhamed Traoré affirme que le barreau avait pris une certaine distance avec le CNOSCG, à cause dit-il, de la position de son président (Dansa Kourouma), sur certaines questions de la vie nationale. Mais pas avec l’ensemble de la société civile précise t-il.

«Parce que nous ne nous reconnaissons plus dans certaines prises de positions du CNOSCG qui étaient très vagues, très ambiguies et très floues, contrairement à certaines plateformes de la société civile.»

Concernant la désignation de Mamadi 3 Kaba à la Ceni, l’ancien bâtonnier partage l’analyse de président du CNOSCG.

«La loi organique qui régit la Ceni dit qu’en cas de vacance de poste, le remplacement se fait dans les conditions de la désignation du commissaire dont le poste est vacant.»

Toute fois, Me Traoré dit qu’il s’inscrit en faux contre les propos de Dansa qui dit que Salif Kebé a été désigné en 2018 par son organisation.

«Je m’inscris en faux contre des telles allégations. Me Kebé a été désigné en 2018 par le barreau.» conclut-il

Source link