Le football guinéen se dirige vers une crise sérieuse et le championnat pourrait en prendre un grand coup. Le président de la LGFP dont le cri d’alarme ne cesse de retentir depuis plusieurs mois, est sur le point de claquer la porte.

Avant Mathurin Bangoura, il y avait KPC. Le président du Hafia a financé le championnat national sur fonds propres avant de se résoudre à démissionner faute de moyens suffisants pour tenir à lui seul toute une compétition. A son départ, la ligue devait une somme importante aux arbitres notamment.

Arrivé dans la foulée à la tête de l’instance, Mathurin a bon an mal an dirigé les opérations avec la même difficulté financière. L’aide des sponsors ayant été réduite l’année dernière, il a fallu un prêt à la banque pour permettre au championnat de démarrer. C’est en substance ce que révèle le patron de la ligue que nous avons contacté. « L’année passée pourquoi on a commencé tardivement le championnat ? C’était par rapport à cette affaire de subvention. Les clubs ont dit qu’ils ne vont pas jouer s’ils ne sont pas subventionnés. On s’est battu avec les sponsors de trouver ce qu’on a trouvé et on a pas pu trouver tout le montant. Et aujourd’hui, c’est moi qui me suis engagé de rembourser cet argent. L’Etat ne fait absolument rien. Les clubs oui, c’est la ligue professionnelle de football. Mais en Afrique c’est comme ça ça se passe. Les clubs doivent se prendre en charge mais aussi il doit y avoir l’apport de l’Etat. Mais l’Etat ne fait pas les stades, l’Etat ne fait rien, absolument rien. Ça va être compliqué. Tout dépend de la compréhension que les présidents de clubs vont avoir. S’ils peuvent se prendre en charge et ne pas attendre de moi de payer de l’argent aux clubs, je ne trouve pas de raison. Mais s’ils disent qu’il faut forcément que les clubs soient subventionnés par la ligue professionnelle de football où on a pas d’argent, moi je ne pourrais pas. Au jour d’aujourd’hui je suis à près de 3 milliards de francs guinéens que je dois payer à la banque. C’est connu de tous les membres du bureau exécutif de la ligue. On a fait des prêts pour permettre aux gens de jouer le championnat. Tout l’argent que je dois chercher aujourd’hui, c’est pour rembourser ce montant » martèle le boss du CIK.

Alors que la crise du coronavirus impacte fortement les clubs guinéens, une aide de la FIFA a été saluée de tous il y a quelques semaines. Mais suffit-elle pour voiler une plaie béante et une situation critique d’un point de vue financier ? La réponse est visiblement ‘’Non’’. Dans un pays où l’État ne participe pas au financement du championnat et où les clubs malgré leur statut de société anonyme, vivotent, la crise semble inévitable. Mathurin Bangoura assure qu’il quittera la ligue si le gouvernement ne vient pas en aide au championnat. « C’est par rapport à la subvention. Quand j’ai entendu le président de Siguiri hier intervenir c’est ce qui m’a choqué. Si on n’a pas de subvention et que les clubs disent qu’ils leur faut payer de l’argent avant de jouer, moi je ne trouverais pas. Je crois vous l’avoir dit la dernière fois. J’ai pris de l’argent à la banque pour financer le championnat l’année passée. Tous les collègues de la Ligue Guinée de Football Professionnel le savent. Si l’Etat ne met pas la main à la poche, on ne peut pas payer même mille francs aux gens. Rien. Tu imagines un peu ? C’est ce que je vous dit vous de la presse. Il faut nous aider. Tu t’imagines ? Les équipes qui sont qualifiées pour les compétitions africaines cette année avec la pandémie. Même s’il n’y avait pas pandémie, ils ont dit qu’ils ne peuvent pas subventionner les clubs pour les compétitions africaines. Donc ce n’est pas possible. Quand c’est comme ça, moi je ne prendrai pas l’engagement » a-t-il conclu d’un ton très ferme. La crise a déjà démarré.



Source link