C’est un constat fait par le chargé de la communication du syndicat national de l’éducation (SNE). Cette année en Guinée, le baccalauréat unique session 2020 a été émaillé de fraudes dans certains centres d’examens à Conakry.

Selon Boubacar Diesto Camara, c’est la commune de Matoto l’une des plus grandes de la capitale qui a battu le record.

Tout d’abord, cet acteur de l’éducation se dit outré par l’attitude de certains candidats qui se sont livrés à cette pratique.

«Nous avons constaté avec regret et avec amertume, que des candidats, on crée des groupes Whatsap, ils ont trompé la vigilance de la plupart des chefs de centres et des surveillants pour introduire des téléphones dans les salles», a dénoncé le responsable à la communication du SNE

C’est au groupe scolaire Roi Hassan Il situé au quartier Tombolia, que Boubacar Diesto Camara dit avoir constaté le pir des cas.

Dans ce quartier de la Commune de Matoto « des surveillants de quinze (15) salles ont été débarqués », explique t-il

Il est reproché à ces surveillants d’être complices des candidats qui ont réussi à introduire des téléphones dans les salles d’examens.

« Ces surveillants ont été débarqués parce que 80 % des candidats qui étaient dans ces différentes salles avaient des téléphones Androids », regrette t-il

Même constat du côté du ministère de l’Éducation nationale et de l’alphabétisation, où le chargé de la communication de ce département exprime aussi son regret face à cette situation.

«Le constat clair est que dans certains centres d’examens, notamment dans la capitale Conakry et plus particulièrement dans la commune de Matoto, des surveillants qui ont été investis de la confiance de notre département, ont choisi à la place de cette confiance, la légèreté et la complicité avec un certain nombre de candidats qui aussi malheureusement ont choisi le chemin de la fraude pour aller à l’étape supérieure», a laissé entendre Mamady Sidiki Camara



Source link