Le marché de Km36 ou «Batomba» est au centre d’une polémique. Pour cause ? Plus de deux hectares de cet espace seraient en train d’être revendus à un opérateur économique.

Selon les informations glanées çà et là, l’acheteur aurait réglé cette affaire avec l’administratrice dudit marché afin de construire une station-service. A la clé, un contrat de bail de 50 ans pour une somme de 2 milliards de francs guinéens.

L’affaire a éclaté, dimanche 29 juin 2020, lorsque des jeunes de Sanoyah-KM36 ont initié une campagne d’assainissement de leur localité sous le contrôle des autorités locales.

Dans le but d’attirer l’attention des autorités (préfet, maire et chefs de quartier), ces jeunes ont évoqué ‘’la mauvaise gestion’’ de ce marché. Ils ont ensuite signalé au préfet de Coyah que ce marché est reconvertit de nos jours en un espace privé dont les avantages ne sont profitables qu’à M’Mamy Sylla et son époux.

Les jeunes ont également dénoncé la mauvaise gestion de fonds mobilisés pourtant dans le cadre de l’assainissement du marché.

Le bail

Quelques jours après l’opération d’assainissement, l’affaire de bail d’une partie du marché de Km 36 a été révélée.

Selon les dénonciateurs, l’opérateur économique aurait même payé 120 millions Gnf pour acquérir le domaine.

Mohamed Toto Camara est le président du mouvement « Ma Guinée avant tout ». Il explique qu’un certain Moussa Condé aurait remis une somme de 70 millions à M’Mamy Sylla, administratrice du marché, en guise de dédommagement des femmes vendeuses.

La deuxième tranche de la somme (50 millions) aurait été accordée au secrétaire général de la jeunesse de Sanoyah Rail-Plateau, pour assurer la sensibilisation des jeunes.

Cette accusation, Souleymane Kpogomou l’a rejetée mordicus. « Un jour, deux personnes, monsieurs Camara et Diallo sont venus me voir en provenance de la Présidence. Je leur ai dit que c’est pratiquement impossible car, c’est ce terrain qui sert d’abord de lieu de prières à l’occasion des fêtes. C’est un terrain de football pour les jeunes, la célébration des mariages se tiennent là et il sert aussi de marché pour les femmes le matin ».

« Le conseiller communal, le coordinateur des marchés de Manéah et l’ex directeur de la maison des jeunes de Manéah sont aussi venus me voir avec les documents en main. Ils m’ont même montré un papier signé par Ibrahima Kourouma, ministre de l’Habitat. Je leur ai répondu que ce n’est pas le ministre qui gère ici. Il y a la mairie qui doit nous saisir pour quoi que ce soit. Jusqu’à preuve de contraire, je ne suis pas prêt à céder le coin. Et Moussa Condé en personne qui veut bailler le domaine m’a appelé pour tenter de me convaincre, j’ai dit non! », explique le secrétaire général de la jeunesse de kilomètres 36.

Acharnement

Mis en cause dans cette affaire, l’administratrice , M’Mamy Sylla parle d’un acharnement ourdi contre elle à cause de ses biens, notamment des magasins, des boutiques et des toilettes publiques. « C’est à cause de mes biens-là qu’on m’en veut. » Elle nie avoir reçu aucun fond de Moussa Condé: « Je ne le connais même pas(…) ».

D’après les informations auprès d’une source bien informée du dossier, Moussa Condé serait juste un démarcheur dans cette affaire et que le vrai preneur serait un opérateur économique.

Source link