Le Wakriya AC va prendre part à la coupe de la CAF la saison prochaine. En plus du club de Boké, le CI Kamsar est le second club guinéen qui va évoluer en coupe de la CAF. Au même moment, le Horoya AC et l’Ashanti GB de Siguiri sont qualifiés pour la ligue des champions africaine la saison à venir.

Depuis que l’identité des représentants guinéens en campagne africaine est dévoilée, plusieurs observateurs s’interrogent sur la capacité des clubs à se prendre en charge surtout dans un contexte de crise sanitaire qui impacte plusieurs activités sur la planète. Dans un entretien accordé à notre rédaction, Minkaël Sampou, président du Wakriya AC, a abordé cette question avec FOOT 224 avant de lancer un appel à l’Etat Guinéen. Lisez !

FOOT224 : Votre club le Wakriya est qualifié pour la coupe de la CAF. Quelle est votre réaction ?

Minkaël Sampou : Comme vous pouvez le deviner, on ne peut avoir qu’un sentiment de satisfaction avec un petit goût d’inachevé parce qu’à la 14ème journée nous étions deuxièmes, rien ne nous dit que si nous continuons jusqu’à la fin de la saison nous n’allions pas améliorer notre place mais qu’à cela ne tienne on se contente de la 3ème place à la différence buts avec la SAG et comme j’aime le dire, tout ce que Dieu fait est bon. Donc c’est un sentiment de satisfaction, parce que les joueurs ont mouillé le maillot malgré tout ce qu’on a traversé comme crise avec l’accident qui a tué deux de nos joueurs le 30 décembre (ndlr, 2019). Malgré tout, on se classe en 3ème position. Franchement je ne peux que remercier Dieu et remercier mes joueurs, le staff technique et toutes les bonnes volontés qui nous ont accompagné de près ou de loin.

FOOT224 : Cette décision n’a pas fait que des heureux comme l’AS Kaloum qui n’a pas manqué de critiques suite à la façon dont les clubs sont désignés pour la coupe de la CAF et la ligue des champions. Quel est votre commentaire ?

Minkaël Sampou : Dans la vie quand on est responsable il faut prendre une décision qui peut être acceptable par tous. Moi même le Wakriya à la 14ème journée on était deuxièmes, mais il n’y avait que 3 matchs joués, il y’avait 4 matchs qui n’étaient pas joués, sur quel critère on allait se baser pour dire on prend la 14ème journée ? Et les autres équipes qui n’ont pas joué ? Donc le classement le plus adapté c’était la 13ème journée où toutes les équipes ont joué leurs matchs, c’est ce qui s’est passé. L’AS Kaloum je peux comprendre que les responsables râlent un peu mais je dis à tort parce qu’au pire des cas l’ASK n’était qu’en phase aller cinquième, et en phase retour l’ASK n’était que troisième en attendant que les autres équipes jouent mais vu que la ligue n’avait pas la possibilité de jouer la 14ème journée, uniquement pour fait de classement, la seule alternative était de prendre les matchs joués et ça je pense qu’on n’est pas les premiers, partout c’est comme ça.

FOOT224 : Comment préparez-vous la coupe de la CAF ?

Minkaël Sampou : Dans toute chose la première expérience est toujours difficile mais elle sert toujours pour la suite. Notre première sortie on était parti au Burkina, où l’équipe a eu quelques difficultés mineures je peux dire, parce que ça arrive, ceux qui voyagent en Afrique savent toujours que quand le vol doit faire escale il y a toujours des petites difficultés liées aux heures d’escale, ça c’est partout. Mais à travers ça on a appris beaucoup, c’est vrai on a perdu à l’aller 2-0 mais au retour on a gagné ici 3-1, c’est le but encaissé ici qui nous élimine mais comme on dit, on était tombé armes aux mains.

FOOT224 : Parlons à présent des préparatifs sur le plan financier…

Minkaël Sampou : J’ai tellement répondu à cette question, je me demande si c’est l’argent qui joue ou ce sont les compétences des joueurs qui jouent ? Si c’est l’argent qui joue, je dis aux gens dans ce cas il n’y a pas de championnat, on organise entre le Horoya, le Hafia, l’AS Kaloum et le CIK, ils n’ont qu’à jouer le championnat puisque ce sont les clubs qu’on suppose avoir les gros moyens donc nous les autres on va rester, on va plus jouer le championnat. Les quatre clubs qualifiés représentent le pays, normalement on doit plus parler de moyens pour aller représenter le pays, c’est le pays qui doit assumer normalement maintenant qu’on dise que l’État dit qu’il nous prend plus en charge, attendons que l’État renonce à son rôle régalien dans ce domaine d’assistance à la jeunesse guinéenne car l’État n’assiste pas la jeunesse guinéenne au niveau du championnat, la seule assistance que l’État apporte c’est quand il y’a compétition pour l’équipe nationale et quand les clubs sortent pour aller représenter la Guinée tel que le Horoya est en train de le faire en ce moment, partout où le Horoya passe en phase de poules ou en demie finale, on dit le représentant guinéen. Donc ça me fait mal cette question « Est-ce qu’on a les moyens pour participer à cette compétition ? » parce que notre objectif on a mouillé durement le maillot pour se classer en haut du tableau, l’objectif c’est de pouvoir participer donc si le moment arrive on dit est-ce que vous avez les moyens ? C’est comme si cette compétition elle est réservée qu’aux clubs qui ont des gros moyens dans ce cas donc désignez les quatre clubs qui vont jouer le championnat la saison prochaine, les autres clubs nous on ne participe pas au championnat c’est aussi simple que ça.

FOOT224 : Que s’est-il passé lors de votre première participation…

Minkaël Sampou : Pour notre première participation l’État avait pris en charge les billets et les perdièmes qu’ils ont payé même quatre mois après donc ça veut dire que tout ce qui court comme bruit là c’est la prise en charge des billets, tout le reste ce sont les clubs qui prennent en charge partout où on a été nous nous sommes pris en charge (hébergement et nourriture). Ce sont les billets seulement que l’Etat accepte de prendre en charge, le reste ce sont les clubs qui se débrouillent, c’est tout.

FOOT224 : Et si cette année l’Etat ne vous assiste pas ?

Minkaël Sampou : Je n’aime pas parler du conditionnel. (…) En ce qui concerne les équipes nationales, on a vu un arrêté conjoint de trois ministres qui règle les primes des joueurs et du staff technique. En ce qui concerne la participation de l’État au niveau de la prise en charge des billets et des primes, pour le moment on n’a pas reçu un arrêté soit du ministère ou un arrêté conjoint de trois ministères.

FOOT224 : Mais cet arrêté conjoint ne concerne pas les clubs…

Minkaël Sampou : Donc cela veut dire quoi ? Cela veut dire que tout ce qui est en train de se dire n’est que rumeur. Nous nous préparons pour participer à la compétition africaine parce qu’on a été troisième et nous avons mérité notre place. On se prépare pour faire mieux que notre première participation.

FOOT224 : Est-il vrai que votre club a été saisi pour savoir si vous êtes à mesure d’assurer votre prise en charge la campagne africaine ?

Minkaël Sampou : Nous relevons de la ligue et de la fédération donc je ne pense pas qu’on puisse recevoir un courriel de l’Etat. L’Etat s’adressera à la fédération. La fédération ayant en son sein les autres structures, en ce moment le débat va s’ouvrir et on parlera en ce moment. Ce que vous voulez entendre pour dire que si l’Etat ne prend pas en charge nous allons renoncer, vous n’entendrez jamais cela de ma bouche parce que nous nous préparons déjà pour participer à la compétition africaine. Je sais qu’on va participer et on représentera dignement la Guinée. Je dis bien la Guinée. On ne représentera pas une entité qui s’appelle Boké mais c’est la Guinée qu’on représente.

FOOT224 : Etes-vous prêts ?

Minkaël Sampou : Ce débat-là ne vise que le Wakriya. On ne pose jamais cette question au CIK, encore moins au Horoya ou à la SAG. C’est au Wakriya seulement on pose cette question. Cela veut dire que c’est le Wakriya qui est visé parce qu’on veut décourager le Wakriya et à renoncer à sa participation. En embuscade il y a d’autres clubs qui guettent la place. La saison passée c’est le CIK qui a représenté le pays. Le CIK a les moyens mais (…) ils ont été éliminés dès le premier tour par un club algérien. De la même façon, la saison surpassée et la saison passée, le Hafia, KPC avec tous ses gros moyens, il a été éliminé par un club béninois. Je me rappelle même à la phase aller il a pris un jet privé. Si c’était les moyens, ils auraient franchi cette étape (…) C’est vrai qu’il faut avoir un minimum pour jouer. Ce n’est pas l’argent qui détermine la participation d’un club à une compétition africaine. Aidez-nous à communiquer dans ce sens. Aidez-nous à sensibiliser l’Etat pour que l’Etat puisse jouer son rôle.

Propos recueillis par Alhassane N’Dirè DIALLO



Source link