En ce mercredi 25 novembre 2020, où l’UFDG et l’ANAD ont appelé à une marche pacifique pour réclamer justice et exiger la libération des militants de l’opposition détenus.

Jusqu’à midi, les choses étaient calmes à Labé, à 9 h comme d’habitude le marché à légumes était bourré de monde, étalagistes, clients ou conducteurs de taxi moto vaquaient à leurs activités.

Les boutiques et magasins restaient fermés, seul quelques-uns qu’on pouvait compter du bout des doigts étaient ouverts par ci et là. Les services de sécurité étaient dans plusieurs endroits de la cité de Karamoko alpha mô labé, notamment au gouvernorat, à l’hôpital régional et au rond-point Hoggo m’bouro, les stations d’essence faisaient le minimum de service, du côté des banques toutes les portes d’entrées officielles étaient fermées. Jusqu’à 10 h les organisateurs de la marche ne faisaient que mobiliser au compte goutte ses militants.


Alerte SMS Guinée

Publicité

Aux environs de 11h, les manifestants se sont donné rendez-vous au rond-point Hoggo m’bouro, pour rallier le carrefour bilaly puis le Quartier daka pour revenir au point de départ. Et c’est au moment où Younoussa Baldé responsable des jeunes de la fédération UFDG labé prenait la parole pour prononcer un discours que les forces de l’ordre sont venues semer la panique dans la foule en utilisant du gaz lacrymogène afin de disperser les gens.



Source link