Les autorités préfectorales  avec l’appui des autorités sous-préfectorales de Tounkarata  ont  commencé une vaste campagne de recensement  des Lobis et des Mossis, installés illégalement dans la forêt guinéenne et dans les villages frontaliers avec la Côte d’Ivoire voisine avec la Guinée,    que sont Kogota , Gbinita  et Gbecka Nana  où on retrouve ces deux communautés d’origine burkinabè, et qui constituent une main d’œuvre active pour l’agriculture.

A propos de cette opération de recensement, Moriba Nanamou, le maire de Tounkarata a confié à guineenews qu’elle intervient   après l’assassinat  de Kaman Camara, un citoyen tué récemment par un Lobi.

C’est suite à ce crime que le préfet de Lola aurait donc instruit de recenser tous les Lobis et les Mossis vivant dans les villages frontaliers.

Sur l’arrestation du présumé auteur de la mort de Kaman, le maire de Tounkarata révèle qu’il a été  arrêté à Danané, ville située à l’ouest de la Côte d’Ivoire.

Ce recensement concerne également les tuteurs des étrangers, qui leur octroieraient des lopins de terre pour planter le cacao.

Source link