Un homme de la trentaine révolue, vient d’être interpellé par des éléments du Secrétariat général à la Présidence chargé de la lutte contre la drogue et le crime organisé. Il est reproché au sieur Elhadj Alhassane Sanoh des faits de « viol et de détention d’images pornographiques de personnes sans le consentement de celles-ci ».

En le présentant à la presse ce lundi 29 juin, le Commissaire principal de police Mohamed Mazo Mansaré, responsable chargé de la communication au Secrétariat général dirigé par le Colonel Tiégboro, a indiqué que le mis en cause est diplômé de l’Université islamique de Médine avec pour spécialité la Charia. Il a passé six ans en Arabie Saoudite.

« A son retour, il s’est lancé dans les activités de vente de véhicules et de téléphones. Il entretient des relations avec les filles et femmes et les filme dans leur nudité absolue. Pour faire le chantage à ses victimes. Il leur envoie ces images pour demander de l’argent. Le cas pour lequel il a été interpellé, il a demandé 6 millions à sa victime avec laquelle il a eu des relations sexuelles. Or, vous savez que la capture, la détention et la diffusion des images pornographiques sans le consentement de l’intéressé est une infraction », a déclaré le Commissaire Mansaré.

Sur les circonstances de l’interpellation du prévenu, l’officier de police a déclaré que la victime est venue porter plainte au Secrétariat général de la Présidence chargé de la lutte contre la drogue et le crime organisé. Alors que la dame, s’exprimait sur les menaces qui pèsent sur elle de la part de son partenaire de sexe, ce dernier l’a mise en demeure de lui verser incessamment les 6 millions à défaut, sa vidéo sera mise à la place publique.

Elle lui a donc donné l’assurance qu’elle venait, en se faisant escorter par des gendarmes qui ont fini par mettre le grappin sur le jeune à Kobayah, en compagnie d’une autre fille. Aux dires de la victime dont nous taisons volontiers le nom, elle est vendeuse d’habits. A ce titre, dans l’optique de promouvoir ses marchandises, elle a mis son numéro de téléphone sur sa page pour d’éventuels clients. Et c’est là que le mis en cause a pris son numéro pour l’appeler pour la première fois et lui dire qu’il a trouvé une cliente pour elle. Tout partira donc de là il y a quatre mois environ.

Interrogé sur les faits mis à sa charge, Elhadj Alhassane Sanoh a reconnu le fait d’avoir menacé la dame de venir le trouver à Kobayah, à défaut de quoi il allait publier sa vidéo. Toutefois, il a nié en bloc l’accusation portant sur le paiement de la somme de 6 millions.

Marié et père d’une fille vivant actuellement au Libéria, Alhassane Sanoh sera déféré demain mardi devant le Parquet pour les faits qui lui sont reprochés. Selon l’officier chargé de la communication du Secrétariat général, l’agissement du mis en cause constitue un « viol ». En ce sens que la victime a été contrainte de se livrer à l’acte au cours duquel elle s’est fait filmer.

« Ces images qu’il a faites avec la dame l’amènent à avoir des relations sexuelles continues avec elle. Et là, il y a cumul d’infractions dans le comportement de ce monsieur qui se dit être imam à Sodéfa et diplômé en loi islamique », a conclu le Commissaire Mansaré.

Source link